Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Montmartre, entre chien et chat

André Gill, poseur de lapin à Montmartre

30 Mai 2012 , Rédigé par MonMontmartre.com Publié dans #Montmartre : artistes d'hier et d'aujourd'hui

André GILL

Connaissez vous André Gill ? Pas encore ? Moi si !

Montmartre est aussi riche de nombreuses statues. Qui vont de celle de Saint Denis, qui porte sa tête coupée, au buste de Dalida. Celle d'André Gill commémore aussi une page  de l'histoire de Montmartre.

Naturellement, tel que je vous connais, vous souhaitez savoir où trouver cette statue ? Rue André Gill, naturellement. Mais savez-vous où se trouve la rue André Gill ? Juste un indice cette fois ! Rue des Martyrs. C'est bon, vous avez trouvé ? Sinon laissez moi un message ...

Mais revenons à André Gill. Il est né à Paris le 17 octobre 1840.  Il  est le fils naturel du comte de Guines et de Sylvie-Adelinne Gosset, couturière originaire de Landouzy-la-Ville, dans l'Aisne. Son père ne le reconnut pas. Sa mère mourut très (trop) tôt. Triste destin de nombreuses gloires de Montmartre ...

Il publie ses premiers dessins dès 1859. A 19 ans ! Notamment  dans des journaux satiriques. Comme "La Lune",  dont il va faire exploser les ventes. Qui atteignent  pour l'époque, en 1867,  40 000 exemplaires !

Certaines de ses caricatures sont restées célèbres comme celles de Léon Gambetta, Victor Hugo, Alexandre Dumas père, Georges Bizet, Charles Dickens, Jules Verne. Comme quoi, l'exercice de la caricature ne date pas d'aujourd'hui !

Mais il crée  aussi ses propres revues comme "Gill-Revue" en 1868. En 1876, il lance un hebdomadaire, " La lune rousse"', dont l'insolence lui vaudra les foudres de la censure. Une nouvelle fois.  Il sera contraint de l'arrêter en 1879.

En tant que qu'illustrateur, il collaborera aussi à l'édition d'oeuvres de notamment Alphonse Daudet, Emile Zola et Edgar Poe.

Ce n'est que dans les dernières années de sa vie, qu'André Gill, aussi chansonnier, fréquente le Cabaret des Assassins, à Montmartre. Alors qu'il avait dessiné sur un mur du bistrot,  un client écrit alors sur le mur  : "Là peint A. GILL" . A partir de cette phrase, André Gill dessina un lapin s'échappant d'une casserole. L'enseigne et la légende du "Lapin Agile" était née ! Je vous en parlerai prochainement plus longuement. Promis !

Mais André Gill commence à souffrir de troubles psychiques. En octobre 1881, on le trouve errant dans la campagne, poursuivi par des loups imaginaires. Il est interné et son ami Jules Vallès écrit dans Le Réveil : «C’est fini de Gill; il a fallu le conduire à Sainte-Anne. Il va dessiner là dans le vide, avec des gestes d’illuminé, la caricature de la vie.»

Il quittera tout de même l’asile en janvier 1882. Mais, trois mois plus tard, il est de nouveau interné, à Charenton.  Où il mourra le 1er mai 1885. À l'âge de 45 ans ! Triste destin des gloires de Montmartre ...

Courteline disait de lui : « Gill, à soi seul, est toute une époque, comme Hugo tout un siècle. » Sympa, non ?

Moi, j'aurai trouvé logique qu'il fut enterré à Montmartre, proche de son lapin.  Dans l'un des 3 cimetières. Puisque le troisième cimetière avait été créé en 1860 ! Mais la logique des humains étant différente de celle des chiens, c'est au cimetière du Père-Lachaise, sous un buste de Laure Moutan, que vous le trouverez désormais.

Et vous, auriez-vous aimé être caricaturé par André Gill ?

Bisous,
Apple.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article