Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Montmartre, entre chien et chat

Dalida et Montmartre : 2 fois 25 ans de souvenirs !

5 Mai 2012 , Rédigé par MonMontmartre.com Publié dans #Montmartre : artistes d'hier et d'aujourd'hui

Dalida et Montmartre : 2 fois 25 ans de souvenirs !

Le 3 mai 2012, nous avons fêté les 25 ans de Dalida. Ce qui montre bien que dans l'esprit des humains (et des chiens), Dalida est toujours restée d'une éternelle jeunesse. Même si naturellement les 25 ans dont je parle, marque l'anniversaire de sa (trop) tragique disparition. Le 3 mai 1987. Mais au fait, connaissez-vous réellement bien Dalida ?

Savez- vous qu'elle est restée aussi l'une des figures les plus emblématiques de Montmartre ?

En fait, Cristina Gigliotti est née le 17 janvier 1933 à Shubra, près du Caire, en Egypte. Ses parents sont italiens. Son père, Pietro Gigliotti était alors premier violon à l'Opéra du Caire. Tout cela ne la prédisposait-elle pas à rejoindre Montmartre un jour ?

En 1954, elle remporte en Égypte le titre de « Miss Égypte». Elle tourne déjà dans quelques films. C'est ainsi, que dans l'espoir de faire carrière dans le cinéma, elle se rend à Paris à l'âge de 21 ans. Lolanda prend pour nom de scène « Dalila ». Mais ce pseudonyme faisant trop penser aux mythiques Samson et Dalila, elle le changera très vite en « Dalida ».

C'est Bruno Coquatrix qui la découvrira en premier. Lucien Morisse, à l'époque Directeur des programmes d'Europe 1, prendra ensuite sa carrière en main. C'est ainsi que le 28 août 1956 sort son premier 45 tours, Madona, une adaptation française d'un titre portugais d'Amália Rodrigues.

Ensuite, Bambino, reprise d'une chanson de Marino Marini, se vendra à un demi million d'exemplaires. Et restera plus d'un an au hit-parade ! Ce sera son premier disque d'or. Sur sa lancée, Dalida partagera la scène de l'Olympia, en première partie du spectacle de Charles Aznavour, puis de Gilbert Bécaud. Elle en sera par la suite tête d'affiche à plusieurs reprises à l'Olympia.

Plus de 125 millions de ses disques ont été vendus à travers le monde. Pourtant, en dépit de cette réussite professionnelle, Dalida à connu des nombreux drames dans sa vie personnelle. À l'âge de 12 ans, elle perd son père au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Ensuite elle verra disparaître de manière tragique de nombreuses personnes qui ont véritablement marquées sa vie, dont notamment Luigui Tenco en 1967, Lucien Morisse, qui fut son mari, en 1970, Mike Brant en 1975, Richard Chanfray, qui fut son compagnon, en 1981.

C'est en 1962 qu'elle emménagea à Montmartre. Précisément au 11 bis de la rue d'Orchampt, dans une rue étroite qui débouche sur la rue Lepic. D'ailleurs, la maison de Dalida possède également une entrée au 98 de la rue Lepic. Elle y résidera jusqu'en 1987. Soit 25 ans ! Cette maison est assez exceptionnelle ! C'est en fait plutôt un hôtel particulier, d'une superficie de 675 m², reparti sur 6 étages, avec un jardin et ... une tour !

Mais si vous passez par les Abbesses, vous pourrez également vous rendre compte, en levant la tête vers le sommet de la butte, que cette maison dispose aussi d'une vue panoramique sur Paris incroyable.

Dalida et Montmartre
Dalida et Montmartre
Dalida et Montmartre
Dalida et Montmartre
Dalida et Montmartre
Dalida et Montmartre
Dalida et Montmartre
Dalida et Montmartre

Dalida et Montmartre

Dalida - Cimetière Montmartre
Dalida - Cimetière Montmartre

Aujourd'hui Dalida réside au cimetière de Montmartre, à droite de l'entrée principale, avenue Rachel, dans une allée qui débute par un escalier.

En 1997, à l'occasion du dixième anniversaire de sa disparition, son buste, sculpté par Alain Aslan (qui a également sculpté la statue qui orne sa pierre tombale) a été inauguré sur la nouvelle place Dalida.

Vous trouverez cette place près du Château des Brouillards, à l 'angle de la rue de l'Abreuvoir. Vous pouvez également y accéder par les escaliers de la rue Girardon.

J'aurai bien aimé rencontrer Dalida au détour d'une rue de Montmartre. Je suis sûr que je serais rapidement devenu son ami ! Mais peut-être aurai-je la chance de croiser prochainement son frère, Orlando, qui saura mieux que quiconque me faire partager ses plus beaux souvenirs. Qui sait ?

Et vous, les chansons de Dalida raisonneront-elles dans vos têtes lors de votre passage à Montmartre ?

Bisous,

Apple.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article