Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Montmartre, entre chien et chat

Nino Giuffrida, l'enfant gâté de Montmartre.

5 Mars 2016 , Rédigé par MonMontmartre.com Publié dans #Montmartre : peintres d'hier et d'aujourd'hui

Nino Giuffrida, l'enfant gâté de Montmartre.

Connaissez-vous Nino Giuffrida, l'enfant gâté de Montmartre ? Pas encore ? Moi si !

J'ai découvert Nino un peu par hasard, en regardant mes petits tableaux sur internet. Vous savez je vous en ai parlé dans mon post "Montmartre vision 1 Figure, par Elisabeth Guibert". Et depuis que je l'ai découvert, j'en suis fan ! Pas de mon post, de Nino évidemment !

Né en 1924 en Sicile, Nino fréquente déjà à 17 ans le lycée artistique de Catane où Il se lie d’amitié avec des camarades peintres dont Pippo Aleo, aussi chanteur à temps perdu, et Giovanni Calogero. A cette époque, il peint avec passion tout ce qu’il voit, paysages, marines, natures mortes.

Après une première tentative pour venir en France avec son ami Giovanni en 1948, avortée faute de visa (déjà à l'époque...) Nino arrive enfin à la Gare de Lyon le 8 décembre 1949 très précisément. Pour s'installer à ... Montmartre. Au 30 de la rue Gabrielle. Très précisément toujours.

Au fait, connaissez-vous le 30 de la rue Gabrielle ? Pas encore ? Moi ... Oui je sais, vous savez que je sais ... C'est dans cette même rue que 50 ans auparavant un autre émigré, mais venue d'Espagne cette fois-ci, s'était installé. Il s'appelait Picasso. Picasso qu'il rencontrera beaucoup plus tard, notamment en 1961 dans l'une de ses galeries à Cannes. Picasso, lui dessine alors le profil du futur maître sicilien : "Dans l'Art tout à été dit, maintenant on doit apporter à tout sujet sa propre sensibilité et personnalité et vous y arrivez bien, surtout dans vos personnages d'enfants, ce qui restera de vous. Mais je pense que l'on reconnaîtra vos peintures par vos couleurs personnelles".

Mais revenons aux années 50. Nino se met à peindre Paris. Comme beaucoup d'artistes de Montmartre de cette époque, alors qu'il peint toute la journée, il évolue le soir sur les terrasses des cafés de Montmartre et de Saint-Germain-des-Prés pour se transformer en portraitiste et croquer au hasard les clients dans les restaurants. Nino se consacre dès lors de plus en plus à la peinture des enfants, qui devinrent son thème d’inspiration privilégié. Pierre Imbourg, journaliste et critique d'art, écrivit de lui : "Montmartre, pays de petits Poulbots, lui permettait d’enregistrer dans son esprit tous ces visages d’enfant dont il essaye de reproduire l’intensité d’expression".

C'est aussi à cette époque que débute sa carrière de peintre Montmartrois influencé par le cubisme. Il eut d'ailleurs plusieurs ateliers dans le quartier.

Avec la disparition des galeries d'art à Montmartre, Nino décide de s'installer sur la côte d'azur, à Cannes puis à Vallauris. À partir de 1952 ses expositions personnelles se succèdent et Nino devient un peintre international : Rome, Bruxelles, Chicago, Copenhague, Helsingborg et Aüs en Suède, à Genève, à Kourou en Guyane … A Paris, il gère la Galerie de la Colonne, Place Vendôme, où il expose en plus de ses œuvres des lithographies de Chagall, Dalì, Picasso et Mirò. Mais il a aussi par exemple exposé pendant quelques années à Honfleur inspiré par les paysages de Boudin, Hambourg, Gernez, Monet...

Nino Giuffrida, l'enfant gâté de Montmartre
Nino Giuffrida, l'enfant gâté de Montmartre
Nino Giuffrida, l'enfant gâté de Montmartre
Nino Giuffrida, l'enfant gâté de Montmartre

Nino Giuffrida, l'enfant gâté de Montmartre

Aujourd’hui, Nino a souhaité réunir grande partie de son travail dans un même espace, un lieu consacré entièrement à son œuvre. Mais rassurez-vous, je reviendrai très prochainement sur sa vie à Montmartre, et ses peintures d'enfants.

Et vous, serez-vous sensible à l'univers de Nino Giuffrida, l'enfant gâté de Montmartre ?

Bises, et à bientôt peut-être....

Gini.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article