Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Montmartre, entre chien et chat

S'entendre comme chien et chat

23 Janvier 2016 , Rédigé par Apple, Chien de Montmartre Publié dans #Humeurs de chien ... et de chat !

S'entendre comme chien et chat

Bientôt je reviendrai sur la vie et l'histoire de Montmartre, avec une vision "petit format", qui j'espère vous apportera de belles surprises.

En attendant, comme promis dans mon dernier post "Emotion de voyage", je vous livre ici le témoignage d'Apple quant à la rencontre qui a, selon ses dires, bouleversé sa vie. Mais pas que.

Avant de vous laisser retrouver Apple, une dernière question. Après la lecture de ce post, saurez-vous déchiffrer tous les symboles d'amitié, de paix et de respect de la photo garantie 100 % non retouchée qui l'accompagne ?

Dans l'affirmative, n'hésitez pas à laisser vos réponses en commentaires.

Excellente lecture.

Bises à chacune et chacun d'entre vous, et à bientôt peut-être...

Gini.

S'entendre comme chien et chat...

 

J'ai souvent exprimé sur ce blog mes relations très complexes, voire parfois conflictuelles, avec mes congénères à 4 pattes. Qu'ils soient chiens, mais qu'ils soient surtout ... chats. Mon grand plaisir est d'aboyer après eux, de les poursuivre, de ... J'adore voir un chat grimper dans un arbre, tout en aboyant durant de longues secondes, avant de repartir tout guilleret et de le laisser à son triste destin de chat. 

 

Ce comportement, que je trouve vu de ma niche tout à fait sain et équilibré, souffre en fait en ce qui me concerne de 4 exceptions. Et au risque d'en surprendre plus d'un, ces 4 exceptions concernent ... des chats. Oui, mais pas n'importe lesquels. Les miens. Ceux que j'ai adopté, vu grandir, éduqué. Éduqué, oui, mais à ma manière.

 

Avez-vous vu déjà vu un chat s'asseoir et donner la patte pour une croquette ? Pas encore ? Moi si. Ce chat incroyable est le premier que j'ai adopté au cours de l'un de mes longs voyages. Ce fut une rencontre exceptionnelle, et je ne résiste pas au bonheur de vous la faire partager.

 

Comme mes fidèles lecteurs le savent, je suis né en Corrèze à une époque formidable, où j'ai  eu l'occasion de faire déjà de merveilleuses rencontres. Mais avant de retrouver Montmartre, et son univers magique, j'ai eu la chance aussi de beaucoup voyager dans des contrées lointaines. Là où je n'aurai jamais pu imaginer "La" rencontre qui allait bouleverser ma vie.

 

Au passage, et pardonnez-moi encore cette digression (mais ne suis-je pas coutumier du fait ?), en général, lorsque un humain parle de "La" rencontre de sa vie, il parle le plus souvent de celui ou celle qui va partager le reste de sa vie. Ou pour le moins sa soirée ... Chez nous, les chiens, beaucoup plus ouverts au monde qui nous entoure, cela peut signifier bien autre chose. Même si...

 

Tout cela pour dire, qu'entre la Corrèze et Montmartre, j'ai eu l'occasion de faire de nombreux voyages, dont plusieurs dans des pays de l'autre côté de la Méditerranée.

Pardon ? Que me dites-vous ? De quel côté par rapport à quoi ? Mais cela me semble évident, par rapport à Montmartre bien sûr ! Ne serais-je pas assez précis par hasard ?

 

Bref, tout cela pour dire que je me promenais tranquillement dans les faubourgs d'une grande ville à 4.000 kms au sud de Montmartre, sous un soleil de plomb, la truffe comme d'habitude au ras du sol. Pour humer des centaines d'odeurs nouvelles pour moi. Que du plaisir quoi. Le soleil de plomb mis à part bien sûr en ce qui me concerne ...

 

Alors que j'approchais d'un palmier pour laisser une empreinte de mon passage, j'ai entendu un tout petit bruit, qui ressemblait presque à un miaulement de chat, mais un chat plutôt aphone, si vous voyez ce que je veux dire.

 

Prêt à bondir, je contourne le palmier et me retrouve truffe contre truffe avec un chaton noir étendu sur le sol. Il ne semblait pas avoir plus de 15 jours. Mais surtout son état était des plus déplorables. Il semblait ne pas avoir mangé depuis trop longtemps pour lui. Son bout de queue ainsi que ses moustaches semblaient également avoir été coupées. Par des enfants sans doute. Et surtout, ni sa mère ni son père ne semblaient être présent pour le secourir.

 

Malgré le soleil de plomb, mais cela vous le savez déjà, ce petit chat tremblait. De froid, de peur, ou pour d'autres raisons, je ne sais pas. Alors, bien que ce fusse un chat, je me suis mis à faire ce que nous faisons nous les animaux dans ces moments là. Je me suis mis à le lécher pendant de longues minutes pour le réconforter.

 

Mais je me suis rapidement aperçu que ce trop mignon petit chat, sans aide, était promis à une mort certaine, et de manière rapide mais atroce. Mon cœur de chien m'a alors fait prendre une décision  qui allait transformer toutes mes habitudes de vie et voir ma vie de chien sous un nouveau paradigme, comme disent les humains maintenant. Nous les chiens, nous continuons de dire "sous un angle différent". C'est peut-être un peu moins tendance mais tout aussi efficace. Mais voilà que je m'égare  encore ...

 

Pour en revenir à mon petit chaton, plus le temps passait, plus je me rendais compte qu'il était difficile et douloureux pour moi de le laisser agoniser au pied de l'arbre qui lui avait servi de refuge de fortune. Alors, au lieu de lui dire "au revoir et bonne chance" et de continuer mon chemin, j'ai pris la décision de le ramener chez moi. Sans oublier d'acheter au passage de jolis petits biberons et du lait. Et croyez-moi, pour un chien nourrir un chaton de quelques jours au biberon pendant plusieurs semaines, c'est sportif ! Mais au bout de quelques jours, je trouvais cela plutôt amusant. Surtout qu'il en profitait plutôt pas mal !

 

Et puis, vous vous en doutez, je lui ai fait connaître plein de monde. Surtout mes vétérinaires préférés de l'époque, qui je dois le dire ont aussi été remarquables pour lui.

 

Le plus dur en fait pour moi a été son éducation. Moi qui n'avait encore jamais éduquer personne, pas même de chiens, comment voulez-que je fasse avec un chat ? 

Comment faire pour le faire ronronner, moi qui ne connaissait même pas le concept ? Mais toute modestie mise à part, je crois avoir pas trop mal réussi. Il est devenu un chat adorable, même si par certains côtés il a quelques attitudes qui ressemblent plus  à celles de la race canine que celles des félins. Alors sincèrement, quand, assis, il donnait la patte pour une croquette, je n'étais pas peu fier !

 

Le temps a passé depuis. Si je cours toujours autant après les chiens et les chats de Montmartre, et les autres évidemment, j'ai aussi adopté 2 autres chats et une chatte, tous abandonnés et issus de la rue, qui constituent, à défaut de moutons, "la petite meute" dont tout bon Berger des Pyrénées rêve lorsqu'il repense à ses origines. Je les adore, et je sais qu'ils me le rendent bien. Avec eux, le bonheur se partage.

 

Et vous, avez-vous ouvert ou saurez-vous ouvrir votre cœur à l'inconnu ?

 

Bisous,

Apple. 

Publié par Gini. 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article